C’est une belle journée pour des frappes aériennes

Camion d’une entreprise de déchiquetage
Suivi d’un autre portant une voiture cabossée
Et d’un autre qui transporte des fruits séchés
Y a-t-il un sens à cette combinaison ?
L’ai-je déjà vue quelque part ?
L’envie de détruire quelque chose
Est l’impression que le sens est proche
Ne peut-on jamais dire que des banalités ?
Y aura-t-il jamais quelque chose à dire ?
Suis-je la seule à chercher la sortie ?
Pourquoi se conduisent-ils comme si tout allait de soi ?
Je suis dans une prison loin des mots
L’issue est certaine mais l’issue est lointaine
Et on m’a dit que l’issue était muette aussi.
Il serait plus simple parfois de me couper les veines
Les murs sont transparents
Le dedans est le reflet exact du dehors
Où est le maître ? Par où la liberté ?
Peut-être faudrait-il faire comme ceux
Qui ont cessé de verser le vin pour adorer les dieux
Qui maintenant versent le vin pour adorer le vin
Il faudra prendre n’importe quelle statue et la vénérer
Ou n’importe quel bout de plastique, ou n’importe quelle paire de fesses
Et oublier toutes ces idées de liberté
Et oublier ce désir d’être ailleurs
Oublier ce désir de voir les journées cesser de se répéter sans cesse
Oublier l’idée qu’on devrait vouloir quelque chose ou valoir quelque chose
Se laisser transporter
Et n’attendre rien
Acheter tout ce qu’on veut nous vendre
Et continuer d’enfiler des chaussettes propres chaque jour.

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s