5 ans dans la vie d’un lit d’hôpital

Nos aurores ne sont toujours qu’accidentelles
Aux périls fluctuants de nos constellations
Cherchant sans fin repos dans des yeux de déesse
Sans échapper au rythme des fracturations
Agrégat confus d’existences superficielles

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s