Solstice / Rohatsu (un fond de tiroir livré pour vous)

La lumière doit être trop puissante
Pour que mes yeux ne puissent la voir

Les regards se détournent
Le temps d’un baiser sur la joue

Mon karma pousse ses racines
Jusqu’au royaume de Bactriane

Les nuits d’été à la pleine lune
Immortelles sous le soleil d’hiver

Être au service des dieux
Qui me font des signes
Que je ne comprends pas
Parlez plus fort je vous prie

Publicités

Thrash can

Qu’allons-nous faire de cette douleur ?
Courir, la fuir ?
Elle nous poursuivra.
La jeter par la fenêtre ?
Il faudrait s’y jeter aussi.
La couper, l’extraire ?
Mais de quel membre l’enlèvera-t-on ?
Dormir ? Elle hantera nos cauchemars.
Prendre des drogues ?
Elle s’amplifiera, on l’hallucinera.
Il n’y a rien à faire.
Dans mon iPod je mettrai de la musique
La plus bruyante possible
À un volume inimaginable
Jusqu’à ce que mes oreilles saignent
Jusqu’à ce que mes tympans éclatent
Jusqu’à ce que la musique soit la plus atroce des douleurs
Jusqu’à ce que je comprenne
Que je suis cette musique
Que je suis cette douleur.


un cheveu blanc

je suis une vieille pierre

les secrets coulent avec moi


Mensch ist tot

Quelques lignes
Une signature
Qui ne dit mot consent
Un instant et les mains sont sales pour l’éternité
Priez pour nous pécheurs

La roue persiste à tourner
Les guillotines en série
Et nous voilà enterrés vifs, yeux crevés, langue arrachée
Attachés à nos cubicules et à nos chaises ergonomiques
Dreyfus continue de rouler sa grosse pierre

Le mal est fait
L’humanité décimée
En-dedans de nous
Avec notre consentement